Recettes et reportages au cœur de la gastronomie et de l'art de vivre

La Bouitte décroche 3 étoiles au Guide Michelin

Clémence Rouyer, journaliste par

Publié le 3 février 2015
La Bouitte

La Bouitte

Si sur Paris, Yannick Alléno a fait beaucoup parler de lui en décrochant ses trois étoiles pour le Pavillon Ledoyen (Paris 8), en province aussi, le talent et le travail ont été récompensés. Il leur aura fallu presque 40 ans pour décrocher se hisser au plus haut niveau. Perché à plus de 1 500 mètre d’altitude le long du massif de la Tarentaise, René Meilleur et son fils Maxime viennent de décrocher le saint-graal de tout cuisinier. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette récompense est une véritable surprise pour les deux inséparables qui jamais n’auraient pensé en arriver là. Au commencement de cette belle histoire, rien ne prédestinait René à devenir cuisinier. C’est en observant les skieurs de Saint-Marcel et en voyant qu’il n’existait aucune maison pour combler leur fringale montagnarde qu’il a décidé avec son épouse Marie-Louise d’y remédier. D’un champ de pommes de terre, ils y ont construit leur Bouitte, comprenez cabane en bois en patois savoyard. Lui aussi autodidacte, Maxime, rejoint son père dans la brigade à partir de 1996. Entre deux entraînements de biathlon, il décide de donner un coup de main pour réaliser une crème anglaise. A partir de là, il ne quittera plus les fourneaux.

René et Maxime Meilleur

René et Maxime Meilleur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En cuisine, le duo compose au gré de ses envies avec les produits de la vallée : Omble chevalier, pâte de citron bergamote, beurre blanc mousseux à la Roussette ; truite fario, condiment à l’huile de noisette, granny Smith ; les myrtilles, tartelettes mousseuses, glace à l’eau parfumée à la tanaisie…

Maxime Meilleur aux fourneaux

Maxime Meilleur aux fourneaux

Sans prétention et conforme à l’univers dans lequel ils évoluent, leur cuisine reste fidèle à leur philosophie, celle d’une cuisine « subtile, taquine, précise, sans artifice et qui invite au questionnement ».

Capture d’écran 2015-02-03 à 11.17.22

Tandis que René comptait profiter des beaux jours à l’obtention de ses 65 printemps, le voilà reparti pour de nouvelles aventures gourmandes au côté de son fils, Maxime.

L'équipe de la Bouitte

L’équipe de la Bouitte

Retrouvez notre interview exclusive de René Meilleur à la suite de l’annonce de l’obtention de ses trois étoiles lors de la conférence de presse du Guide Michelin, ce lundi 2 février 2015.

  1. Lorsque Michael Ellis, directeur monde du Guide Michelin vous a annoncé la bonne nouvelle, que faisiez-vous ?

René Meilleur : J’étais simplement en cuisine et ma fille qui était à la réception me dit viens vite, viens vite,… Il y a le Guide Michelin au téléphone ! Voilà, j’ai couru pour répondre mais nous avons été rapidement coupés car je pense que Monsieur Ellis devait être dans le train. J’ai alors pensé que c’était une blague et puis il m’a rappelé et c’est à ce moment-là que j’ai compris que c’était bien réel. Donc si nous sommes au quai d’Orsay aujourd’hui, c’est grâce au Michelin,…sans ce guide, on n’aurait pas cette belle cuisine que l’on a aujourd’hui. Ca nous tire vers le haut, c’est impressionnant, pour moi, c’est notre vie de cuisinier qui en dépend.

  1. Maintenant avec vos trois étoiles, vous allez pouvoir dévaler les pistes de ski trois fois plus vite, non ?

Trois fois plus vite, peut-être pas! (rires) Mais par contre, on pourra s’arrêter pour les contempler et ça, c’est pas mal quand même !

  1. Enfin, dernière question, on peut maintenant dire que les Meilleur portent bien leur nom ?

Ça sûrement ! Les Meilleur sont les meilleurs, oui c’est vrai ! (rires)

Ambiance Chalet

Ambiance Chalet