Il tourne, il tourne Marc Ricourt…

Collectionneurs et esthètes du monde entier en pincent pour les réalisations de Marc Ricourt. Pour notre plus grand plaisir, il a exposé quelques-unes de ses oeuvres récemment chez Patrice Langhi, tapissier décorateur (10 route de Gray à Dijon). Cette rencontre nous a donné envie d’en savoir plus…

Marc Ricourt, tourneur sur bois

Marc Ricourt, tourneur sur bois

 

Niché dans le pittoresque village bourguignon de Vaux-Saules au nord de Dijon, c’est un personnage haut en couleurs qui nous accueille chez lui. Blonde entre les doigts, bonnet vissé sur la tête et sourire aux lèvres, c’est autour d’un café maison que Marc Ricourt nous parle avec humilité de son art.

Quel a été votre parcours ?
Lors de ma formation de menuisier, mon patron tournait et j’aimais le regarder. Autodidacte, j’ai puisé mon savoir-faire dans le livre de Richard Raffan et à travers les techniques d’autres tourneurs. En 2001, j’ai eu la chance d’être sélectionné par le Wood Turning Center pour participer à L’International Turning Exchange à Philadelphie au cours duquel j’ai énormément appris et créer de nombreux contacts. Par la suite mes pièces ont été exposées dans des galeries à Paris, Genève, Tokyo, New-York, Miami, Los Angeles… et je suis résident depuis plusieurs années dans la galerie londonienne Sarah Myerscough Fine Art.

Pouvez-vous nous parler de votre technique ?
D’abord je dessine le futur objet et je choisis mon bois, une pièce de bois vert que je dégrossis pour lui donner sa forme. Après une période de séchage, arrivent les fi nitions : ponçage, retouches et choix de la couleur. Soit je blanchis le bois, soit je le brûle pour le brunir. Sur les pièces noircies j’ajoute une cire qui apporte des refl ets chauds. Je n’utilise que des bois de la région mais les essences ont toutes leur façon de réagir et donnent naissance à des textures variées. L’érable très compact aura un aspect de cuir, alors qu’avec la même cire l’hêtre paraîtra plus mat.

Qu’est-ce qui inspirent vos créations ?
Ma philosophie artistique s’identifi e aux arts premiers, comme l’art océanien découvert en Nouvelle-Calédonie et à la culture japonaise, épurée, qui dit que « c’est fi ni quand il n’y plus rien à enlever ». Mes créations, aléatoires, sont donc avant tout le résultat d’une recherche de formes simples, même si elles fi nissent par engendrer des choses très différentes. Par la suite les gens voient ce qu’ils ont envie de voir. C’est avant tout le contact avec le bois qui me guide, ses défauts que je vais m’efforcer de mettre en valeur, un nouvel outil à essayer. En réalité je me considère davantage comme un artisan qui aime le matériau qu’il travaille. Le bois est une matière fragile dont il faut prendre soin à chaque étape de la confection.

QUELQUES DATES…
• 1985-1988 : Ecole des Beaux Arts de Dijon
• 1995 : Découverte du tournage sur bois (avec le livre de Richard Raffan) et apprentissage en autodidacte
• 1997-2000 : Recherches de textures et de couleurs
• 2005 : Résidence à l’International Turning Exchange de Philadelphie

OÙ TROUVEZ SES COLLECTIONS…
• Musée des pays de l’Ain (France)
• Bruce Kaiser (États-Unis)
• Fleur Bressler (États-Unis)
• Timet Sheryl Kochman (États-Unis)
• Wood Turning Center (États-Unis)
• Mark Sfi rri (États-Unis)
• John Jordan (États-Unis)
• Terry Moritz (États-Unis)
• Randy Antik (États-Unis)

Marc Ricourt
Rue du Rateau
21440 Vaux-Saules
03 80 35 04 64
www.marcricourt.errance.net

Crédit photo : Arnaud Dauphin Photographie ; Marc Ricourt

En savoir plus : http://www.marcricourt.errance.net

Soyez le premier à commenter l'article "Il tourne, il tourne Marc Ricourt…"

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.