Le guide Michelin consacre une nouvelle édition à Shanghai

Les restaurants asiatiques bouleversent complètement les codes du guide rouge.

Le guide Michelin continue son incursion en Asie, en inaugurant sa première édition consacrée à Shanghai, capitale économique chinoise. Et le bilan est plutôt bon !
L’arrivée du petit guide rouge dans la ville est de bonne augure pour la gastronomie chinoise; il s’agit en effet de « la reconnaissance de la culture d’un pays« , a souligné Claire Dorland-Clauzel, membre du comité exécutif du groupe Michelin.

Guide Michelin Shanghai

« La gastronomie reflète vraiment une riche histoire »

« Ce qui rend Shanghai particulièrement enthousiasmant, c’est qu’il s’agit depuis des décennies d’un carrefour économique et culturel et que sa gastronomie reflète vraiment cette riche histoire », a observé Michael Ellis, directeur international des guides Michelin.

Guide Michelin Shanghai

Parmi les restaurants couronnés, on trouve le deux étoiles « le moins cher du monde ». Le Canton 8, propulsé tout récemment, affiche tous les jours complet : on peut ainsi y manger pour 48 yuans, soit un peu plus de 6 euros. La spécialité ? Des « dim sum », des raviolis cuits à la vapeur, préparés tous les jours à l’aide de produits frais. Pour Jian Jeming, chef du « Canton 8 », « le plus important c’est que mes clients soient contents. Ce sont eux les patrons, peu importe qu’ils aient de l’argent ou non. »

Le célèbre guide rouge a également attribué, pour la première fois de son histoire, 3 étoiles à un restaurant chinois : le T’ang Court, un restaurant de seulement six tables situé dans l’hôtel The Langham. Les gourmands qui s’y pressent peuvent trouver des plats cantonais classiques, mais aussi des créations plus contemporaines et modernes. Le guide conseille notamment « les concombres de mer braisés » ou encore le boeuf japonais « wagyu santé et ses champignons biologiques ».

Guide Michelin Shanghai

Joël Robuchon, encore lui, a de nouveau gagné 2 étoiles pour son établissement L’Atelier de Joël Robuchon. Le chef le plus étoilé du monde avait inauguré ce restaurant en début d’année.
Un autre français, Paul Pairet, décroche lui aussi cette double distinction, pour son restaurant « Ultraviolet by Paul Pairet ».

La moisson s’annonce bonne : dix-huit établissements obtiennent une étoile, sept restaurants gagnent deux étoiles et enfin un seul décroche le Saint-Graal, les 3 étoiles. Vingt-cinq autres sont classés « Bib Gourmand », une distinction attribuée aux restaurants ayant un menu complet à moins de 200 yuans (27 euros).

Après Singapour en juillet dernier, Shanghai aujourd’hui, le guide Michelin prévoit de lancer une nouvelle édition de son livre à Séoul (Corée du Sud) en novembre prochain.

Crédit photo : Guide Michelin via Twitter

1 commentaire sur "Le guide Michelin consacre une nouvelle édition à Shanghai"

  1. Les concombres de mer braisés et le boeuf wagyu accompagné de champignons seraient des créations « contemporaines et modernes » ? Quand on prétend s’intéresser à la cuisine des autres, il faut en maîtriser au minimum les bases. Le concombre de mer ou holothurie (les « espardenyes » des Catalans qui les cuisinent également)appartient, avec les ailerons de requins, les nids d’hirondelle ou encore les ormeaux, à la galaxie des produits plébiscités par les riches chinois qui s’en régalent depuis des siècles. Quant aux boeuf Wagyu, que les voisins japonais mettent sur toutes les tables prestigieuses, les cuisines chinoises l’accueillent depuis plus de 20 ans et le préparer avec des champignons, dont la culture est attestée en Terre du Milieu depuis plus d’un millénaire, équivaut à un pléonasme.

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.