Curtis Mulpas, nouvel espoir de la cuisine française

Révélateur de talents, l’école Grégoire Ferrandi a une fois de plus accueilli la grande finale du concours « Jeunes Talents Maîtres Restaurateurs ». Après un tour de France à la recherche des futurs grands chefs, six apprentis ont été sélectionnés à Dijon, Paris, Perpignan et Lille par un jury de professionnels avant de se retrouver pour disputer la grande finale qui s’est déroulée le 29 février 2016.

Pour sa 6ème édition, le concours Jeunes talents Maîtres Restaurateurs s'est déroulé le 29 février 2016 à l'école Grégoire Ferrandi_© Jean-Louis Vandevivere

Pour sa 6ème édition, le concours Jeunes talents Maîtres Restaurateurs s’est déroulé le 29 février 2016 à l’école Grégoire Ferrandi_© Jean-Louis Vandevivere

Après Dominique Loiseau ou encore Régis Marcon, cette année, les jeunes pousses ont eu la chance d’être parrainé par Norbert Tarayre. Issu de la génération Top Chef, il est aujourd’hui à la tête de la brasserie «  Le Saperlipopette ! » à Puteaux.

Afin de démontrer l’étendue de leurs talents, les candidats ont eu quatre heures pour réaliser un plat principal et un dessert pour quatre personnes.

Turbot rôti au beurre sur arête, viennoise en deux couleurs, guacamole relevé au piment, tuile perforée, mousseline de topinambour à la vanille, navets boule en jardinière de carotte, tuile de maïs, beurre blanc acidulé et safrané, jeunes pousses du jardin_© JeanLouisVandevivere

Turbot rôti au beurre sur arête, viennoise en deux couleurs, guacamole relevé au piment, tuile perforée, mousseline de topinambour à la vanille, navets boule en jardinière de carotte, tuile de maïs, beurre blanc acidulé et safrané, jeunes pousses du jardin_© JeanLouisVandevivere

Pour se démarquer, il était important de maitriser les grands classiques et surtout la bible d’Escoffier pour livrer une interprétation singulière du turbot accompagné de ses légumes de saison et de sa sauce – au choix – made in Escoffier.

Trompe l’oeil dans l’esprit d’une orange givrée et de la tarte au citron, coque meringuée et cristallisée au zeste d’orange farci à la mousse d’agrumes et oranges brutes au combawa Points de gelée à l’orange_© Jean-Louis Vandevivere

Trompe l’oeil dans l’esprit d’une orange givrée et de la tarte au citron, coque meringuée et cristallisée au zeste d’orange farci à la mousse d’agrumes et oranges brutes au combava Points de gelée à l’orange_© Jean-Louis Vandevivere

Côté dessert, c’est sur la tendance des agrumes que les candidats ont dû réaliser une déclinaison de trois d’entre eux. Pour convaincre, il faudra ici un bon zeste d’équilibre doté d’un bon filet de créativité.

A tout juste 18 ans, Curtis Mulpas n’a pas laissé le jury indifférent. Avec une note finale de 16.3/20, il a montré qu’il maîtrise bien plus que les bases de la cuisine. Méticuleux, il a lui-même fait réaliser ses assiettes pour l’occasion par un artisan céramiste. Tombé dans la marmite dès l’âge de treize ans, le belge qui rapidement son pays pour celui de la gastronomie.

Curtis Mulpas, 18 ans, remporta la 6ème édition du concours Maîtres restaurateurs_© Jean-Louis Vandevivere

Curtis Mulpas, 18 ans, remporta la 6ème édition du concours Maîtres restaurateurs_© Jean-Louis Vandevivere

Il intègre alors l’école Ferrandi puis multiplie les stages auprès de chefs étoilés. Actuellement en apprentissage au Violon d’Ingres* aux côté de Christian Constant et de Grégory Gbjorczyk, il espère lui-même décrocher à son tour, une ou plusieurs étoiles.

Découvrez le jury complet:

TECHNIQUE EN CUISINE

– Éric BRIONES – Chef au « 3 ducs »

– Franck MARTINEZ – Chef au « Halimione »

– Franck POUPARD – Chef à l’École « Cordon Bleu »

PLAT

– Francis ATTRAZIC – Président de l’AFMR

– Isaure COINTREAU – École Cordon Bleu

– Norbert TARAYRE (Parrain) – Chef au « Saperlipopette ! » et « Ma Caille »

DESSERT

– Sophie DIVAN – Chef de marché B2B Butagaz

– Gilles GARNIER – Chef des ventes de Terre Azur

– Jean-François TOSTIVIN – Directeur CFA Mederic Paris

 

Soyez le premier à commenter l'article "Curtis Mulpas, nouvel espoir de la cuisine française"

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée


*