Bourgogne, des étoiles qui filent plus qu’elles ne brillent !

Si le Guide Michelin s’est enrichi de 52 nouvelles adresses étoilées cette année, n’oublions pas pour autant qu’il a également repris 67 étoiles. Malgré un meilleur score que l’année dernière, avec deux nouveaux étoilés au compteur, la Bourgogne frôle la queue du peloton bien loin de l’Ile-de-France (14 étoiles) ou encore de la région Auvergne-Rhônes Alpes (9 étoiles).

La Maison des Cariatides fait partie des deux nouvelles étoiles 2016 en Bourgogne_© Arnaud Dauphin Photographies

La Maison des Cariatides fait partie des deux nouvelles étoiles 2016 en Bourgogne_© Arnaud Dauphin Photographies

2 NOUVELLES ÉTOILES EN BOURGOGNE

Mais commençons d’abord par les bonnes nouvelles. Avec deux restaurants nouvellement étoilés, la Bourgogne fait mieux que l’année dernière ou seul l’Aspérule à Auxerre, avait réussi à décrocher une étoile.

A seulement 23 ans, Angelo Ferrigno est le plus jeune chef de la promo 2016. Après trois années passées au côté de son mentor, Thomas Collomb –le propriétaire de la Maison des Cariatides aujourd’hui à la tête de la Rôtisserie du Chambertin à Gevrey, le jeune homme dirige désormais les cuisines tout seul. A table, les recettes du menu unique dépassent rarement plus de trois ingrédients. Les associations marquent les esprits et les goûts sont francs : crevettes des marais charentais, eau de pastèque et Green Zebra ; cochon, radis noir et noisette fraiche, poulet de la ferme du Poiset, chou Kale et cèpe…sont à se mettre sous la dent. Pour ce surdoué des fourneaux, l’âge est loin d’être un critère d’attribution pour décrocher une étoile. Coup du hasard, ce fût grâce au Guide Michelin qu’Angelo a découvert l’existence de la Maison des Cariatides à Dijon. A la recherche d’un nouveau challenge, il se sert alors du guide pour trouver un nouvel employeur. Désormais, c’est dans ce même guide que son nom figure aussi. En quelque sorte, la boucle est bouclée.

De dix-neuf ans son aîné, Christophe Quéant à lui aussi réussi à convaincre le guide rouge. A la tête de son propre restaurant, le Carmin, situé au centre de la capitale des vins de Bourgogne, l’ancien bras droit de Patrick Bertron au Relais Bernard Loiseau et de Joël Robuchon a su séduire avec sa quenelle de sandre et médaillons de homard, sauce homardine.

6 ÉTOILES FILANTES

Revers de la médaille, la région Bourgogne perd cette année un grand nombre d’étoiles. Frappée déjà par un mauvais coup du sort l’année dernière avec le passage du restaurant La Côte Saint-Jacques (Joigny) de trois à deux étoiles, c’est désormais au tour du Relais Bernard Loiseau (Saulieu) d’être logé à la même enseigne. Acquises il y a 25 ans par son mari Bernard Loiseau, la perte de ces trois étoiles est un véritable choc pour Dominique Loiseau aujourd’hui présidente du groupe.

« Comme vous l’imaginez, je suis choquée et très déçue, de constater que le Guide Michelin a décidé de classer le restaurant du Relais Bernard Loiseau, après 25 ans, dans la catégorie 2 étoiles. C’est d’autant plus regrettable que nous avons eu une excellente fréquentation en 2015, et que les clients nous ont manifesté régulièrement leur grande satisfaction (en direct à Saulieu, ou sur les différents sites d’avis). Avec l’équipe du Relais Bernard Loiseau, nous allons tout mettre en œuvre, toute notre énergie, pour récupérer cette étoile ! », indique Dominique Loiseau dans un message envoyé à son entourage.

Autre coup dur auprès d’un restaurant déjà en difficulté, la suppression des deux étoiles de l’établissement du chef Marc Meneau, L’Espérance à Vézelay (Yonne). Actuellement fermé suite à une liquidation judiciaire, on ne sait pas s’il rouvrira un jour.

Beaune et Dijon perdent également chacun une étoile au Clos du Cèdre (Beaune) et au restaurant le Pré aux Clercs (Dijon), repris il y a peu par Alexis Billoux, le fils. On peut désormais trouver ces deux adresses dans le guide sous le nouveau logo en forme d’assiette, signifiant « Cuisine de Qualité ».

Enfin, si la Côte d’Or n’a pas été épargnée, la Saône-et-Loire non plus avec une étoile en moins aussi pour Frédéric Carrion au Relais Montmartre. Après la reprise de l’établissement en 2002, le chef avait décroché son étoile sept ans plus tard.

EN BREF

Désormais la Bourgogne ne compte plus qu’à son actif un seul restaurant trois étoiles, la Maison Lameloise à Chagny, trois restaurants deux étoiles (Le Relais Bernard Loiseau, Le Chapeau Rouge de William Frachot et la Côte Saint-Jacques), et 27 restaurants une étoile.

Soyez le premier à commenter l'article "Bourgogne, des étoiles qui filent plus qu’elles ne brillent !"

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.