Le « Doggy Bag » une mesure anti-gaspi obligatoire depuis le 1er janvier 2016

Depuis le 1er janvier 2016, le doggy bag est oligatoire en Francepour les restaurants de plus de 180 couverts/jour_©Shutterstock_szefei

Depuis le 1er janvier 2016, le doggy bag est obligatoire en France pour les restaurants de plus de 180 couverts/jour_©Shutterstock_szefei

Déjà monnaie courante aux États-Unis ou encore en Asie, le « doggy bag » fait une arrivée timide dans l’hexagone. Auparavant frileux à cette idée, les restaurateurs servant plus de 180 repas par jour devront désormais, depuis le 1er janvier 2016, proposer à leurs convives d’emporter leurs restes chez eux.

Avec une moyenne de 125 g de restes consommables par repas, les français vont devoir prendre de bonnes résolutions. Totalisant près de 15 % de la totalité du gaspillage alimentaire, la restauration est dans le collimateur de l’État qui s’est donné la mission de le réduire de moitié d’ici 2025. Premières visées, les entreprises produisant par an plus de 10 tonnes de bio déchets qui sont tenues de trouver des solutions pour valoriser leurs déchets.

Si désormais les restaurateurs seront à bonne école, les convives devront eux aussi aller au-delà des clichés du client pingre ou trop glouton. Loin de déplaire, d’après une enquête réalisée par la direction régionale de l’alimentation (Draaf) du Rhône-Alpes, près de 95 % des consommateurs seraient favorables au fait d’emporter leur repas chez eux pour prolonger le plaisir entre amis.

Concernant le risque d’intoxication alimentaire, le Synhorcat, syndicat de restaurateurs, indique que dès lors que le plat est donné au client, la responsabilité du restaurateur s’arrête. A chacun ensuite de bien respecter la chaine du froid pour éviter la prolifération des bactéries.

Soyez le premier à commenter l'article "Le « Doggy Bag » une mesure anti-gaspi obligatoire depuis le 1er janvier 2016"

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.