Concours du meilleur Ouvrier de France fromager 2011

Un concours. Un vrai. Une compétition pure et dure. Un match. Une coupe. Une séance de tirs au but. L’équivalent des Jeux Olympiques du savoir-faire professionnel. Doit-on d’ailleurs ici convoquer l’esprit cher à Pierre de Coubertin ? “L’important, écrivit le magnanime baron, c’est de participer“. Certes. On acquiesce poliment. Sans pouvoir s’empêcher de penser que “l’essentiel, c’est surtout de gagner“, d’accrocher à son cou cette fameuse médaille soutenue par un cordon tricolore.

Devenir Un des Meilleurs Ouvriers de France. Pour la postérité. Un titre que rien ni personne ne peut plus vous ôter. Un bâton de maréchal. Une distinction hors norme. Un rêve éveillé. Une traque obstinée. Une ambition insensée.

Des mois d’efforts soutenus, des semaines de compétition
acharnée. Survivre aux éliminatoires. Entrer en finale. Faire partie des neuf vainqueurs au terme d’une sélection impitoyable. Surmonter les épreuves. Démontrer une telle force de caractère, une telle ténacité en sachant que seuls les meilleurs seront récompensés. Et si c’était moi ? Et si c’était lui ? Ou cet autre-là qui semble si fort, si sûr de lui ?

Neuf fi nalistes. La possibilité d’échouer. L’hypothèse. Le doute. Puis le verdict. Le temps suspendu. Le souffl e coupé. “Et un des Meilleurs Ouvriers de France Fromager est…” Dans les pages qui suivent, nous faisons plus que vous présenter un concours. Nous tentons de vous placer au coeur de la compétition, au plus près de ces neuf formidables candidats, en vous donnant l’occasion de ressentir leurs plus intimes émotions. Faites vos jeux. Choisissez votre favori. Et que les meilleurs gagnent !

Qui sera MOF Fromager 2011 ?

1 titre suprême, 9 candidats :

Dominique Bouchait

Né à Toulouse il y a 44 ans, ce père célibataire règne sur les Fromageries du Mont Royal à Montrejeau (Haute Garonne). Indéfectiblement attaché à la  montagne (toutes les montagnes !), ce fromager de père en fi ls a rencontré sa vocation à l’âge de 11 ans. Exercer ce métier, pour lui, c’est avant tout “raconter des histoires et offrir du plaisir“. S’il gagne le concours, il se verrait bien triompher sur la musique du film Rocky. Gare à lui, il a “l’oeil du tigre“ !

François Bourgon

Né à Toulouse il y a 41 ans, il y exerce son métier derrière les étals de la fromagerie Xavier, place Victor Hugo. Fromager depuis huit ans, il affirme que sa vocation lui est apparue “en tournant les fromages en cave“ et qu’il la poursuit en s’attachant à “valoriser la diversité d’un savoirfaire“. Impatient d’attaquer la finale du concours, il voit dans une éventuelle victoire “une belle occasion de faire la bringue avec ses copains“. Attention, ce bouillant gascon compte bien mettre le feu !

Pierre Gay

Né à Annecy-le-Vieux il y a 45 ans, ce pur Savoyard affi rme “être fromager depuis toujours“. Sans doute faut-il y voir l’effet d’une enfance passée entre ses parents et ses grandsparents, dans les caves de la fromagerie familiale Gay, rue Carnot, à Annecy. Sa vocation de fromager, il la décrit comme un “art de vivre“, au service d’un produit “refl et du terroir et de la nature, façonné par les hommes et sublimé par le travail en cave du fromager“. Très organisé, il prépare cette fi nale rigoureusement par un travail quotidien ponctué de nombreuses lectures et recherches auprès d’autres professionnels. Un sacré client.

Marc Janin

Né à Lons-le-Saunier il y a 25 ans, ce jurassien pure souche est le benjamin du concours 2011. Depuis 7 ans, il a repris la fromagerie familiale située à Champagnole, au n° 21 de l’avenue de la République. Soutenu par sa femme et sa famille, Marc considère un hypothétique titre de Meilleur Ouvrier Fromager de France comme “l’aboutissement du travail de ses aïeux dans une recherche de qualité continuelle“. À son (jeune) âge, il fait montre d’une grande philosophie dans le choix de sa devise : “avoir un pied dans le passé et la tête vers l’avenir“. Ses concurrents sont prévenus : “aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années“ !

Jean-Charles Karmann

Né à Nogent-sur-Marne il y a 47 ans, il présente une particularité surprenante : c’est le seul candidat qui n’est pas fromager ! Chef de cuisine, auteur de plusieurs ouvrages de cuisine fromagère (et classique), il est également gérant d’une société de conseil en gourmandise qui porte son nom et chef du traiteur Saint Laurent Gastronomie à Versailles. Cet hyperactif passionné affiche une bien belle ambition : “conseiller les amateurs et les emmener sur la route du lait, des saveurs, des légendes merveilleuses et de la passion qui anime cette belle fi lière“. Qui dit mieux ?

Christelle Lorho

Née à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) il y a 39 ans, Christelle est la seule femme du plateau. Installée à Strasbourg, où elle dirige le “Vieux Gourmet“, elle est mariée à Cyrille (déjà détenteur du titre de Meilleur Ouvrier de France) à qui elle a trouvé le temps de donner quatre filles ! Audacieuse et déterminée, Christelle ne craint pas les mélanges de genres… elle a découvert sa vocation en même temps qu’elle rencontrait son futur époux, chez Jacques Vernier, grand fromager de la maison Boursault, rue d’Alésia à Paris. À quelques encablures de la fi nale, elle affi rme “se préparer sereinement au concours, très bien entourée par ses proches et ses collaborateurs“. Méfiez-vous, les garçons…

Théophane Michel

Né à Chaumont (Haute-Marne) il y a 30 ans, Théophane (appelez-le “Théo“, son diminutif favori) s’épanouit au sein de la fromagerie Dubois, avenue de Lourmel à Paris. Fromager depuis bientôt 12 ans, il a découvert sa vocation en rencontrant le chef fromager Laurent Dubois qu’il n’a depuis plus quitté. De ce mentor, il dit qu’il est son plus fervent supporter, au même titre que sa femme Émilie et sa fille Galysse. Toujours en mouvement, Théo avoue préparer sa finale le plus simplement du monde, “en voyageant“.

François Robin

Né à Cognac (Charente) il y a 37 ans, François Robin exerce son activité chez Fauchon, place de la Madeleine à Paris. Il apparaît (si l’on en croit les chiffres) comme étant le fromager le moins expérimenté du groupe, avec trois petites années de pratique ! Et pourtant, son père était producteur de fromage de chèvre en Touraine. L’atavisme ne l’a donc que tardivement rattrapé, après une carrière de régisseur de cinéma puis de chargé de communication pour un centre d’art contemporain et de musiques actuelles à Poitiers. Cet éclectique concentré, résolu et angoissé ne craint jamais le “décalage“… N’affirme-t-il pas que ses plus fervents supporters
demeurent ses mains et son cerveau ?

Vincent Vergne

Né à Nîmes (Gard) il y a 33 ans, “Vince“ (comme l’appellent ses proches) règne sur la fromagerie Vergne Gourmet, avenue Georges Pompidou, à Nîmes. Cette vocation dont il a hérité par passion familiale, il l’envisage comme “la défense d’une culture, d’un patrimoine et d’un savoir-faire“. Sérieux, il prépare le concours tous les jours, en boutique, en cave, dès qu’il touche ou coupe un fromage. Une victoire s’apparenterait pour lui à “l’aboutissement d’un travail-passion et au début d’une nouvelle aventure“. Un candidat qui sait où il va.


En octobre 2010, 20 demi-fi nalistes étaient réunis à Rungis. De cette ultime phase de sélection, neuf candidats, soit moins de la moitié, sont parvenus à s’extraire victorieusement. Face à eux, un jury de professionnels composé d’une quarantaine de membres, divisé en trois groupes : un groupe dédié à l’observation des candidats lors de leurs préparatifs, un groupe spécialisé dans l’épreuve de dégustation et un groupe de notation des chefs d’oeuvre.

L’épreuve fi nale du concours MOF catégorie Fromager 2011 se déroulera en deux temps, le mardi 22 février à Paris (Salon International de l’Agriculture – Porte de Versailles) et le 16 mai à Clermont-Ferrand (Grande Halle de l’Auvergne). Deux épreuves seront disputées lors de chacune de ces étapes…

Crédit photo : D.R

En savoir plus : http://www.meilleursouvriersdefrance.info

11 commentaires sur "Concours du meilleur Ouvrier de France fromager 2011"

  1. Merde, re-merde, tu vas tout déchirer…. La Normandie est derrière toi. Vive le fromage…

  2. Je viens au nom de toute l’équipe soutenir une dernière fois Dominique et on lui souhaite de réussir. Merde et merde!!!!

  3. Nos voeux les plus sincères vont à Theo, un de nos favoris de chez Laurent Dubois (THE frommagerie du XV à Paris). Tous avec Theo!!! Et vive le fromage!

  4. Je suis avec toi mon domi

  5. Allez Tonton François ! T’es le plus beau ! Que la force soit avec toi ! Bisous de l’autre bout du monde ! tes neveux préférés

  6. Allez cousin..tu vas cartonner..je compte sur toi..bizoux de Genève, la cousine Fred

  7. Par procuration du papy Ulysse, les oursons ont pour mission de te transmettre toute sa fierté, son intelligence et son énergie pour décrocher le titre suprême avec les bisous des oursons

  8. Allez François, allez François, allez ! La Touraine te suit et t’encourage ! Vive le Ste Maure !

  9. ça y est il a gagné le concours.Bravo bravo et encore bravo. Quelle aventure ce fut,pour toute son équipe qui croyais fort en lui.C est une belle récompense.Nous sommes fier de notre P.D.G. Félicitation Dominique (moi je suis au placard et espère en sortir bientot)

  10. bravo dominique, nous sommes tres fières de toi et de tous tes efforts!!!

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.